Inuocabit me

Je suis convaincu que l'introït du premier dimanche de carême commence (à St Gall et en de nombreux autres endroits) par trois -la- et non pas trois -sol-, alors que le GN reste sur Sol, probablement sous l'influence de considérations «modales»...

You need to be a member of Musicologie Médiévale to add comments!

Join Musicologie Médiévale

Email me when people reply –

Replies

  • Certes, mais je n'ai pas vu de traduction sur lignes justifiant cette version...

    J'ai construit un tableau de 11 mss de tradition germanique traduisant avec plus ou moins de bonheur l'intonation suggérée par les mss sangalliens:9126727097?profile=original

    La note SOL sur la deuxième syllabe "inVOcavit"apparaît comme fondamentale, alors que le début du neume suivant est plus instable, soit SOL, soit LA!

    Le seul témoin de ce tableau qui a le LA sur "inVOcavit" (il s'agit de D_Mu_Ms_Cim_100) entonne.... sur SOL ...

    • Par contre, il semble bien que la deuxième virga


      liquescente, à "invocaVIT", doive être restituée en LA-SOL liquescent. Les manuscrits sur lignes permettent de trancher.

      Dominique Crochu a dit :

      Certes, mais je n'ai pas vu de traduction sur lignes justifiant cette version...

      J'ai construit un tableau de 11 mss de tradition germanique traduisant avec plus ou moins de bonheur l'intonation suggérée par les mss sangalliens:9126727097?profile=original

      La note SOL sur la deuxième syllabe "inVOcavit"apparaît comme fondamentale, alors que le début du neume suivant est plus instable, soit SOL, soit LA!

      Le seul témoin de ce tableau qui a le LA sur "inVOcavit" (il s'agit de D_Mu_Ms_Cim_100) entonne.... sur SOL ...

  • le iusum de la liquescence n'indique pas nécessairement un fa: le sol suffit à le justifier (s=liq augm, i=liq. dim)
  • Au vu du tableau comparatif,
    1) Il semble clair que Einsiedeln 121 chantait très certainement la première note sur LA, en dépit de l'equaliter en fin de verset. En effet, le levate mediocriter, confirmé par plusieurs sangalliens rend hasardeux le choix de l'unisson. C'est plutôt la montée d'un ton, confirmée par les mss sur lignes de tradition germanique Graz 807 et Klosterneuburg 588.
    On observe d'ailleurs la reprise du motif d'intonation, LA-FA liquescent, sur "invocaVIT".

    2) Par contre la note, sur "inVOcavit" me paraît devoir être conservée sur SOL. En effet, les copistes, par le choix de la virga, signalent une note plus haute que la précédente"INvocavit", en liquescence diminutive, sur un FA à cause du iusum. La note suivante, "invoCAvit" commence à l'unisson (equaliter) de la note qui précède, donc sur SOL.
  • 9126729300?profile=original
  • il y a beaucoup d'antiennes en septième mode qui commencent (devraient commencer) par un quilisma la-si-do
  • Juste pour commencer...je remarque que ce "phénomène" est fréquent...je pense , pour l'Office, à l'Antienne Angelus autem Domini, parfois entonnée sur LA (de mémoire je dirai par exemple le ms Plaisance 54)
This reply was deleted.

Partnership

and your logo here...

 We need other partners !

 ----------------------------------

Soutenir et adhérer à l'Association Musicologie Médiévale !

Support and join The Musicologie Médiévale Association!

 
for
MM & MMMO