Voici une question que je me pose depuis fort longtemps et qui concerne les parties en plain-chant dans les organum (comme ceux du Magnus liber). Quel rythme adopter ? Est-il plus pertinent de se référer à des manuscrits neumés français relativement tardifs, ou aucontraire est-il plus pertinent d'opter pour un plain-chant en valeurs plus ou moins égales, et dans ce cas à quel tempo ???

La question vaut aussi pour les portions d'organum et mélismes qui ne sont pas en modes rythmiques.

You need to be a member of Musicologie Médiévale to add comments!

Join Musicologie Médiévale

Email me when people reply –

Replies

  • Et n'expectez pas une réponse définitive pour l'année prochaine, svp!

    Voilà un missel contemporain de l'école, mais pas en couleur, seulement le microfilm digitalisé!

    BNF, fonds latin, ms. 9441
    XIII (après 1247) ▪ Missel noté de Notre-Dame de Paris
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9067739d

  • Depuis plus d'un an, cette discussion est ouverte. le récent commentaire me donne l'occasion de l'en remercier, ainsi que Martin Spaink pour ses commentaires antérieurs, ce que je n'avais pas encore fait. 

    Thank you for these recent and older answers !

  • Finalement complet en couleur:

    Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms 622
    1426 ▪ Missel parisien provenant de Notre-Dame, Exultet, préface et Pater noté, notation carrée sur 4 lignes

    Malheureusement trop tard pour les manuscrits du Magnus liber, mais il me semble que ce missel donne une base pour l'execution du chant monodique à Notre-Dame, au moins basé sur la notation carrée.

    Si voudriez adapter aux règles rythmiques de Jérôme de Moravie, vous avez même une interpretation du XIII siècle, sauf qu'ils sont les règles des Dominicains. L'auteur avait laissé sur la pratiques "des Gaulles" (les chantres Parisiens) quelques polémiques, pas sur le rythme, mais sur l'usage d'un tetrachorde chromatique avec une dièse enharmonique et une mélange entre quelques modes de la polyphonie envers le mode du chant ecclésiastique.

    La question du rhythme concernant le chant monodique même concernant la polyphonie, est très difficile et j'espère que mon collègue viennois Michael Friebel va finalment publier ses idées mal connus sur les rythmes (irrégulières).

  • Merci pour cette réponse. Ça correspond bien à ce que j'imagine; mais je préfère avoir d'autres avis, comme celui-ci !

    Quant aux répercussions, à votre avis, étaient-elles chantées très nettement, partout, au 13ème s. ou bien cela dépendait-il des endroits. ?

This reply was deleted.

Partnership

and your logo here...

 We need other partners !

 ----------------------------------

Soutenir et adhérer à l'Association Musicologie Médiévale !

Support and join The Musicologie Médiévale Association!

 
for
MM & MMMO