Musicologie Médiévale

Resources for medieval musicology and liturgy

Victimae paschali laudes - politiquement correct?

Je ne sais pas si le sujet a déjà été abordé, le cas échéant veuillez me pardonner.

Cela fait longtemps que je cherche à avoir des précisions sérieuses sur la "correction" semble-t-il post-tridentine (?) de la séquence de Pâques.


C'est une information que je tiens de seconde main, et peut-être passablement déformée, et serais ravi d'avoir des références précises concernant la suppression de la strophe du Victimae paschali laudes, qui dit:

"Il vaut mieux croire les vérités
de Marie seule,
plutôt que les mensonges
d'une foule de juifs" :

Victimæ paschali laudes
immolent Christiani.

Agnus redemit oves:
Christus innocens Patri
reconciliavit peccatores.

Mors et vita duello
conflixere mirando:
dux vitae mortuus,
regnat vivus.

Dic nobis Maria,
quid vidisti in via?

Sepulcrum Christi viventis,
et gloriam vidi resurgentis:

Angelicos testes,
sudarium, et vestes.

Surrexit Christus spes mea:
praecedet suos in Galilaeam.

[Credendum est magis soli
Mariæ veraci
Quam Judæorum Turbae fallaci.]

Scimus Christum surrexisse
a mortuis vere:
tu nobis, victor Rex, miserere.
Amen.


Pourquoi cette strophe aurait-elle été supprimée? Et quand? Quel Pape?
Serait-ce par déférence envers les juifs ? (du politiquement correct avant la lettre?)

On note néanmoins la belle figure d'opposition entre la solitude du témoin Marie, la pécheresse, et la multitude des faux témoins juifs, pour souligner l'authenticité de la résurrection. C'est magnifique, lorsqu'on sait que dans la Loi juive, deux témoins mâles suffisaient à attester de la vérité du témoignage, alors qu'un, deux..., ou mille témoignages féminins n'avaient pas de valeur légale (cf. épisode de Suzanne et les deux vieillards). On a ainsi une double et fort belle opposition qu'il est bien dommage d'avoir perdue : une femme pécheresse a raison contre la foule de juifs fidèles à la Loi.

C'est de plus un trait plutôt cocasse qu'ici la modernité doivent choisir entre deux "corrections incorrectes" s'excluant mutuellement.

Merci pour toute information historique.
Cordialement

Views: 484

Reply to This

Replies to This Discussion

Ce graduel de Lyon de 1806 possède toujours cette strophe :

http://books.google.fr/books?id=SPKx2jSc6ukC&dq=graduel%20%20pa...

En effet! Intéressant, merci!
Mais nous sommes là dans le rit lyonnais, je suppose, et donc en dehors du champs d'un éventuelle correction romaine?

Selon le Dictionnaire d'archéologie chrétienne et liturgie (T.15, art. "Séquence"), la séquence Victimae paschali fut composée par Wipon (+1050), chapelain de l'empereur Conrad II et de son fils Henri III, avec la fameuse strophe que les "réformateurs de 1570 supprimèrent pour différentes raisons, sans doute parce qu'ils trouvaient le caractère vif et joyeux du dialogue troublé par le rappel des juifs et pour continuer le dialogue on changea praecedet suos en praecedet vos ; enfin on ajouta Amen et Alleluia". Par rapport à ce changement, le Cardinal Schuster pense à une erreur de copie...

Il faudrait voir les discussions de l'époque pour connaître la raison de cette suppression car pour ma part l'argument du DACL ne me paraît pas très convaincant.

Enfin je confirme ce que dit Dominique, j'ai la strophe dans un Graduel lyonnais du 17ème siècle (au lundi de Pâques).

Grand merci, mon Père!
L'hypothèse de Dom Schuster (une erreur de copiste) me parait peut vraisemblable dans la mesure où, pour une pièce aussi connue, l'oralité - surtout en ces époques - serait vite venu rattraper l'erreur.
Reste en effet à étudier la motivation des "réformateurs de 1570", l'argument du DACL, comme vous dites, étant peu satisfaisant.

Je viens de lire dans l'article qu'Olivier Cullin consacre au Victimae paschali laudes dans le Guide de la musique du moyen âge (Fayard 1999, p.254) - à la rédaction duquel Luca Ricossa a contribué; s'il nous lit, a-t-il une idée? - ceci: "depuis 1630, sous Urbain VIII, on ne chante plus le vers 3a à cause des sentiments exprimés contre les juifs".

1630, c'est une précision supplémentaire. Urbain VIII, c'est la réforme du bréviaire... mais le Graduel?

Si quelqu'un en sait plus, ou a une idée de pistes à creuser, grand merci!

Addendum:
Pardon pour Dom Schuster!
Ce qu'il dit (je viens de le consulter!) d'une possible erreur de copiste ne concernait donc que le changement de suos en nos, changement qui a été ensuite sanctionné par l'édition du Missel par s. Pie V. Il parle ensuite de la suppression de la strophe en question, mais n'en donne ni la raison, ni la date.

En effet, pour l'avis du cardinal Schuster j'aurais dû préciser davantage sur quoi portait l'erreur de copie selon lui!

Peter Wagner, Gregorianische Formenlehre III,498 mentions two other versions of 4a:

Graduale Strasbourg 1510:
Credendum est magis soli Gabrieli forti, quam Iudaeorum pravae cohorti

Graduale Basel 1511
Credendum est ex te deum et hominem natum, resurrexisse glorificatum

Le "Credendum est magis soli Gabrieli forti, quam Iudaeorum pravae cohorti" est tiré d'une adaptation d'Adam de Saint-Victor (?) en l'honneur de la Vierge Marie, on en trouve le texte dans l'Année liturgique de dom Guéranger par exemple : http://books.google.fr/books?id=uU8QGXOLs4QC&pg=PA261&dq .

Quant au "Credendum est ex te deum et hominem natum, resurrexisse glorificatum" il est également tiré d'une adaptation du même genre, dom Guéranger l'a trouvée dans un Missel de Cluny : http://books.google.fr/books?id=Hdwc1ONVXwsC&&pg=PA281&dq .

Merci Luca! Oui je disais ci plus-haut qu'Olivier Cullin en parle avec cette mention d'Urbain VIII en effet en 1630 dans le Guide de la musique du moyen âge (Fayard 1999, p.254), à la rédaction duquel tu as toi aussi collaboré. Mon chemin s'arrête là...
Merci pour la mention de l'Alleluia Christus resurgens. Je n'avais jamais fait le rapprochement. Merci.

Vous voyez, je dis des bêtises. La strophe manque déjà dans le graduel de la médicéenne (1614) qui, conscient du problème modal (cette séquence était à l'origine destinée à l'all. Christus resurgens), compose un nouveau alleluia Pascha nostrum en premier mode, en reprenant (comme il faudrait) l'alleluia entier (sans verset) après la séquence. Il faudrait maintenant aller voir l'editio princeps du missel de St Pie V (publié par la Libreria Editrice Vaticana) et vérifier si la strophe a bien été supprimée à cette occasion. Malheureusement dans le Graduel Giunta de 1572 (en réalité plus ancien, mais avec un supplément qui corrige tout ce qui doit être changé) la séquence fait l'objet d'un renvoi à un certain «Liber Festiuus»...
Le graduel Giunta de 1499 propose Mane prima pour le jour de Pâques et Victime comme alia sequentia. On y trouve : Dic nobis Maria... Sepulchrum xpi... Dic nobis Maria... Angelicos testes... Dic nobis Maria... Surrexit xps... Credendum est... Scimus xpm surrexisse et un Amen un peu plus développé que le timbre-poste auquel on est habitués. Et là s'arrête mon ignorance.
je crois que c'était moi qui avais parlé d'Urbain VIII, car j'avais lu ça quelque part. Il ne faut jamais faire confiance à ce qu'on lit...

Dans les Missels romains des années 1570 la strophe est bel et bien absente. Mais quant à connaître avec certitude la raison de cette suppression, c'est une autre affaire!

Reply to Discussion

RSS

Partnership

and your logo here...

We need other partners !

Support MM and MMMO !

Soutenez MM et MMMO 

!

© 2020   Created by Dominique Gatté.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service