Musicologie Médiévale

Resources for medieval musicology and liturgy

Tags: Manuscrits

Views: 377

Replies to This Discussion

Joli! Mais je n'ai aucune idée de la manière dont il faut les déchiffrer. Connaissez-vous un site qui m'y aiderait?

Etes-vous en train de faire une fouille systématique des documents numérisés de la Bayerische Staatsbibliothek?

Finalement, avez-vous été intéressé par le Psalterz Florianski http://www.polona.pl/dlibra/doccontent2?id=196 ?

Je reconnais que comparé au volume de l'ouvrage, le nombre de pages notées n'est pas grand.

Merci beaucoup pour ces quelques pages. Les documents de ce type sont assez rares.

En ce qui concerne le déchiffrage de cette notation (tablature pour clavier dite "allemande"), ce n'est pas compliqué à la base.

La voix supérieure est notée comme de la musique vocale avec des signes supplémentaires comme :

  •     la hampe barrée dirigée vers la bas signalant un accident,
  •     la hampe crochetée dirigée vers la bas signalant un agrément,
  •     la hampe dirigée vers le haut avec crochet recoupant la hampe signalant la proportion sesquialtère.


Les voix inférieures quant à elles sont notées au moyen de lettres : de a à h avec b signifiant bfa (si bémol) et h signifiant bmi (si bécarre). Un petit trait horizontal adjoint au-dessus de la lettre indique l'octave supérieure. Le rythme est indiqué au moyen du point signifiant la semi-brève et du trait vertical signifiant la minime.

La difficulté réside plus, comme pour n'importe quel manuscrit, dans le repérage des éventuelles erreurs ainsi que dans l'ajout des accidents non notés.

Merci pour l'explication!

Alban THOMAS a dit :

Merci beaucoup pour ces quelques pages. Les documents de ce type sont assez rares.

En ce qui concerne le déchiffrage de cette notation (tablature pour clavier dite "allemande"), ce n'est pas compliqué à la base.

La voix supérieure est notée comme de la musique vocale avec des signes supplémentaires comme :

  •     la hampe barrée dirigée vers la bas signalant un accident,
  •     la hampe crochetée dirigée vers la bas signalant un agrément,
  •     la hampe dirigée vers le haut avec crochet recoupant la hampe signalant la proportion sesquialtère.


Les voix inférieures quant à elles sont notées au moyen de lettres : de a à h avec b signifiant bfa (si bémol) et h signifiant bmi (si bécarre). Un petit trait horizontal adjoint au-dessus de la lettre indique l'octave supérieure. Le rythme est indiqué au moyen du point signifiant la semi-brève et du trait vertical signifiant la minime.

La difficulté réside plus, comme pour n'importe quel manuscrit, dans le repérage des éventuelles erreurs ainsi que dans l'ajout des accidents non notés.

Regardez aussi le Lochamer Liederbuch:

Lochamer Liederbuch (Berlin, Staatsbibl., Mus. ms. 40613, fol. 50v)

Allez-y!

Ces règles sont certes valables pour le Buxheimer Orgelbuch ou le Lochamer Liederbuch, mais ici la notation semble différente.
Dans ce manuscrit (Clm 29775-6), je pense que :
- la hampe dirigée vers le bas transforme les semiminimes en fuses (par exemple : système 2, mesures 2-3) ;
- les altérations sont indiquées par une hampe descendante barrée (par exemple : système 1, mesure 1) ;
- les agréments sont indiqués par une hampe descendante avec un crochet dirigé vers la gauche (par exemple : système 4, mesure 2) ;
- les "c" dans la portée me semblent être des silences de semiminime (par exemple : système 1, mesure 1).



Alban Thomas a dit :

Merci beaucoup pour ces quelques pages. Les documents de ce type sont assez rares.

En ce qui concerne le déchiffrage de cette notation (tablature pour clavier dite "allemande"), ce n'est pas compliqué à la base.

La voix supérieure est notée comme de la musique vocale avec des signes supplémentaires comme :

  •     la hampe barrée dirigée vers la bas signalant un accident,
  •     la hampe crochetée dirigée vers la bas signalant un agrément,
  •     la hampe dirigée vers le haut avec crochet recoupant la hampe signalant la proportion sesquialtère.


Les voix inférieures quant à elles sont notées au moyen de lettres : de a à h avec b signifiant bfa (si bémol) et h signifiant bmi (si bécarre). Un petit trait horizontal adjoint au-dessus de la lettre indique l'octave supérieure. Le rythme est indiqué au moyen du point signifiant la semi-brève et du trait vertical signifiant la minime.

La difficulté réside plus, comme pour n'importe quel manuscrit, dans le repérage des éventuelles erreurs ainsi que dans l'ajout des accidents non notés. 

 

 

 

En effet, j'ai répondu un peu hâtivement sans prendre le temps de regarder ce manuscrit de près.

Et en ce qui concerne les agréments, les jouez-vous toujours comme des pincés ?


Jacques Meegens a dit :

Ces règles sont certes valables pour le Buxheimer Orgelbuch ou le Lochamer Liederbuch, mais ici la notation semble différente.
Dans ce manuscrit (Clm 29775-6), je pense que :
- la hampe dirigée vers le bas transforme les semiminimes en fuses (par exemple : système 2, mesures 2-3) ;
- les altérations sont indiquées par une hampe descendante barrée (par exemple : système 1, mesure 1) ;
- les agréments sont indiqués par une hampe descendante avec un crochet dirigé vers la gauche (par exemple : système 4, mesure 2) ;
- les "c" dans la portée me semblent être des silences de semiminime (par exemple : système 1, mesure 1).



Alban Thomas a dit :

Merci beaucoup pour ces quelques pages. Les documents de ce type sont assez rares.

En ce qui concerne le déchiffrage de cette notation (tablature pour clavier dite "allemande"), ce n'est pas compliqué à la base.

La voix supérieure est notée comme de la musique vocale avec des signes supplémentaires comme :

  •     la hampe barrée dirigée vers la bas signalant un accident,
  •     la hampe crochetée dirigée vers la bas signalant un agrément,
  •     la hampe dirigée vers le haut avec crochet recoupant la hampe signalant la proportion sesquialtère.


Les voix inférieures quant à elles sont notées au moyen de lettres : de a à h avec b signifiant bfa (si bémol) et h signifiant bmi (si bécarre). Un petit trait horizontal adjoint au-dessus de la lettre indique l'octave supérieure. Le rythme est indiqué au moyen du point signifiant la semi-brève et du trait vertical signifiant la minime.

La difficulté réside plus, comme pour n'importe quel manuscrit, dans le repérage des éventuelles erreurs ainsi que dans l'ajout des accidents non notés. 

 

 

 

RSS

Partnership

and your logo here...

We need other partners :

© 2020   Created by Dominique Gatté.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service