Musicologie Médiévale

Resources for medieval musicology and liturgy

Lien vers Cantusdatabase

Tableau synoptique:

Propositions de restitutions:

Première tradition:

Deuxième tradition:

Troisième tradition:

Commentaire

La tradition transmet généralement la première mélodie, avec quelques variantes minimes. Notons l'intonation bénéventaine à l'unisson et, à "veNIam", plusieurs témoins notent la clivis  SI(b)-LA.

La deuxième tradition, en troisième mode, nous est donnée par le Mont Renaud, Worcester 160 ainsi que St Denis et St Maur des Fossés. Une petite incertitude cependant... Faut-il lire, selon le Mont-Renaud, une tristropha sur DO, ou bien deux SI suivis d'un DO ?

La troisième tradition emprunte au 8ème mode une construction centonisée de type traditionnelle.

Views: 354

Replies to This Discussion

Dans la troisième version, sur et curabo, je suis sûr que Huc donne un passage identique comme exemple de l'intervalle de trois tons entiers. J'ai donc de gros doutes sur le bémol (et ce n'est pas le seul)

N'étant pas à la maison je ne trouve pas l'exemple.

En tout cas, le contexte syllabique du "curabo" de la deuxième version joue un rôle très fort de "conservation" du bémol...En effet, dans ce cas, la tradition universelle est quasi unanime...

ce qui n'est pas étonnant, puisque à l'époque de l'écriture sur lignes le triton n'est plus admis

Two of these three responsories were, by coincidence, published as handwritten scores of Wim van Gerven in my recent book (see; Wim van Gerven, pp 176-181): mode I (1992) and mode III (1989 and 1993, both with Mont Renaud neumes).

Apart from a less developed caligraphy the 1989 score differs in two details from 1993. The first has a liquescent at domo and a repercussion on b at Amen. Both have two verses; Accessit and Domine non.

There are small differences with yours:

paralyticus: bc

domo: fgaagag

no flats at veniam and curabo

sed: ag

In mode I the differences are:

Domine: ff

first et: ef

V. Accessit ad Dominum .. eum pro puero

illi: fga

repeat at: * Ego

V. Domine non sum, at puer: fgagaia

repeat at: * Ego



Geert Maessen a dit :

Two of these three responsories were, by coincidence, published as handwritten scores of Wim van Gerven in my recent book (see; Wim van Gerven, pp 176-181): mode I (1992) and mode III (1989 and 1993, both with Mont Renaud neumes).

Apart from a less developed caligraphy the 1989 score differs in two details from 1993. The first has a liquescent at domo and a repercussion on b at Amen. Both have two verses; Accessit and Domine non.

There are small differences with yours:

paralyticus: bc

domo: fgaagag

no flats at veniam and curabo

sed: ag

In mode I the differences are:

Domine: ff

first et: ef

V. Accessit ad Dominum .. eum pro puero

Oui, je corrige.

illi: fga

"standardisation " Hartker....

repeat at: * Ego

V. Domine non sum, at puer: fgagaia

repeat at: * Ego

En ce qui concerne l'intonation "DOmine", en premier mode, je n'ai pas suivi l'unisson des bénéventains, mais plutôt leur témoignage dans l'introït Dominus secus mare..., soit f e f

For me it is the same. It is the question of how to perform the oriscus.

What I don't understand is, why you neglect the pes in mode III Mont Renaud at paralyticus.

Also, in the verse of mode III, at sed, why it should be bg in stead of ag.

Pourtant, en regardant de près les procédés de composition des répons, dans cette partie qui précède la conclusion finale, en huitième mode, on observe, dans l'ordre croissant:

RE-SOL

RE-SOL SOL-LA-SOL-FA-SOL-LA-SOL

RE-SOL SOL-LA-SI (b)-LA-SOL-FA-SOL-LA-SOL

La formule, développée, suit un mouvement organique par amplification progressive vers le degré supérieur:

RE/SOL/LA/SIb/SI bécarre/DO

Et quand la tradition opte pour le SI bécarre, elle sait le manifester très clairement, en particulier en finale, que ce soit en huitième mode  ou en troisième mode (qui constitue une formule du huitième "retouchée" pour redescendre au MI par le bécarre puis par le bémol).

Et quand un bécarre est manifesté dès la période de composition, il "sait" résister à l'épreuve du temps....

Is'nt it?

Ricossa a dit:

Dans la troisième version, sur et curabo, je suis sûr que Huc donne un passage identique comme exemple de l'intervalle de trois tons entiers. J'ai donc de gros doutes sur le bémol (et ce n'est pas le seul)

N'étant pas à la maison je ne trouve pas l'exemple.

Voilà, j'ai retrouvé les exemples de Hucbald. À propos de l'intervalle située entre la quarte et la quinte (donc la quarte augmentée), il cite deux répons. Dans l'un des deux il y a exactement le torculus que nous avons ici (A-H-F). Il s'agit de Iam corpus eius, sur les mots "cuius pater feminam nescit" (et non pas "seminam" comme dans l'édition de Chartier). On trouve la citation dans Gerbert, I, 105.

J'insiste donc pour maintenir le triton direct sur "et curabo".

Je crains cependant que le contexte mélismatique ne "pollue" la transmission des témoignages à cause de l'attraction des "cordes fortes" (ici le DO), très évidente dans ce contexte....

Il s'agit quand-même d'un témoignage de première main, beaucoup plus ancien que toutes nos sources sur lignes, et contemporain des plus anciennes sources neumatiques, et les montées au DO à l'époque étaient encore du ressort de la science-fiction.

RSS

Partnership

and your logo here...

We need other partners :

© 2019   Created by Dominique Gatté.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service