Musicologie Médiévale

Resources for medieval musicology and liturgy

Nous avons mis en regard les versions de l'Antiphonale Monasticum et de l'antiphonaire de Klosterneuburg 1012:


La présence du SI bémol à "AEqualis" et à "Una" ne laisse préjuger aucun doute sur la nature du SI à "aeQUAlis"...

L'Antiphonale Monasticum n'a-t-il pas été imprudent de proposer le SI naturel pour "aeQUAlis"???

Views: 176

Replies to This Discussion

Ah, vous parlez du NOUVEL antiphonaire... Dans l'ancien il n'y a aucun bémol. Hartker donne un equaliter entre ae- et qualis et aucune lettre sur ante (noté de la même manière que aequalis : virgula et quilisma-scandicus avec une iacens comme premier signe). Moi, je ne mettrais aucun bémol.
À la Trinité il y a en revanche un magnifique mi-bémol dans le graduel de la messe, malencontreusement oublié par les éditeurs du Graduale Novum, p. 361 (perseverare diabolicum)

Je pense que la formule d'intonation est souvent utilisée en troisième mode, c'est à dire un ton plus haut. Il me semble que la variante de KLO révèle la présence du demi-ton, lui aussi réellement présent un premier mode, d'où le si bémol...

A "ANte" un mss comme Tolède 44-02 a bien le bémol dans une formule semblable ( dans le répons Civitas Jerusalem "et AUferet"

Je me permets d'insister sur ce "phénomène", très visible dans KLO, que les mathématiciens appellent le "théorème des gendarmes", à savoir que le quilisma est "entouré", d'une manière rapprochée, de deux bémols,l'un à "AEqualis" et l'autre à "Una", et ce théorème des gendarmes induit le quilisma sur le bémol.

Un autre exemple de ce "théorème des gendarmes" se trouve clairement explicité dans Montpellier H 159 au Trait Saepe expugnaverunt:

Le manuscrit de Montpellier a ceci de remarquable, qu'il a grand soin de préciser la qualité des SI, même quilismatiques!!!

Le premier "juventute", précédé d'une récitation sur SI bémol, provoque la bémollisation du quilisma.

Le second "juventute, entouré d'un contexte SI bécarre, induit la "bécarrisation" du quilisma.

 

Il est remarquable de constater comment le quilisma se conforme au contexte qui précède et (ou) qui suit...

mais est-ce applicable aussi à St. Gall et Laon, surtout en sachant que Laon n'aime pas du tout les quilismata avec le demi-ton du mauvais côté?

Intéressant en tout cas de noter que cette variante vient d'un ms de tradition "germanique", donc sensible au phénomène d'attraction des cordes fortes...

J'ai en mémoire un exemple analogue, fourni par le ms Karlsruhe Aug LX, pour l'antienne Dicite filiae Sion, à "ecce REX tuus veniet tibi".

Trop tard ce soir pour les tableaux comparatifs!

Merci Lucca,

 

le concordance avec All Laetatus est frappant!

Ricossa a dit :

À la Trinité il y a en revanche un magnifique mi-bémol dans le graduel de la messe, malencontreusement oublié par les éditeurs du Graduale Novum, p. 361 (perseverare diabolicum)
oui, et ce bémol est présent dans d'autres graduels du même mode

Justement, ce phénomène (qui n'est pas encore présent dans Hartker et Einsiedeln) ne se manifeste, en Allemagne, qu'à partir du XIe siècle (la France semble y être sensible plus tôt, mais de manière moins systématique, tout comme Rome).

On peut aussi imaginer dans ces cas une attraction exercée par la corde LA

Dominique Crochu a dit :

Intéressant en tout cas de noter que cette variante vient d'un ms de tradition "germanique", donc sensible au phénomène d'attraction des cordes fortes...

 

Oui, c'est vrai pour Constitues eos. GT 426. La même procedure. Transposition de la phrase Constitues..principes un ton plus haut dans Graz807, Berlin664. Thomaskirche ecrite sur do. Montpellier et Rouen seulement transpose un partie plus court.

Il ya des autres exemples?



Ricossa a dit :

oui, et ce bémol est présent dans d'autres graduels du même mode
Attachments:

Pour les Graduels en cinquième mode avec mi-b : 

 

-Benedicta et uenerabilis (GT 407)

-Diffusa est (GT 408)

-Esto mihi (GT 301)

-Propter ueritatem (GT 410)

 

Tous ces cas sont naturellement différents des deux cas mentionnés auparavant dans cette discussion

Pour Propter veritatem c'est claire: GT 411,2 dex-tera. Mais pour les autres?

Benedicta GT407 est cf de Dne praevenisti GT 509. Là aussi?

Pouvez-vous etre un peu plus exacte? C'est vraiment interessant.

 

merci pour tes informations!


Ricossa a dit :

Pour les Graduels en cinquième mode avec mi-b : 

 

-Benedicta et uenerabilis (GT 407)

-Diffusa est (GT 408)

-Esto mihi (GT 301)

-Propter ueritatem (GT 410)

 

Tous ces cas sont naturellement différents des deux cas mentionnés auparavant dans cette discussion

RSS

Partnership

and your logo here...

We need other partners :

© 2019   Created by Dominique Gatté.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service