Musicologie Médiévale

Resources for medieval musicology and liturgy

Séminaire IRHT 2012-2013

Les chantres au lutrin

Pratiques cantorales dans l’espace cathédral d’après les ordinaires, coutumiers et livres musicaux (France du Nord, fin xiie- déb. xve s.)

Organisation : Jean-François Goudesenne et Guillaume Gross

Avec l’accueil de la Bibliothèque Mazarine (dir. Yann Sordet)

Psautier (vers 1230) Bibl. Mazarine

Ordinaire de la cathédrale de Rouen 14e s.Les cathédrales et la diversité de leurs rituels

Des points de rencontre entre liturgie et musicologie

Davantage considérées pour leurs aspects architecturaux, les cathédrales peuvent tout autant être abordées par l’étude de leurs livres liturgiques et leurs répertoires musicaux. Car la célébration liturgique, une des finalités suprêmes de la cathédrale en tant que structure sociale, représente bien aujourd’hui dans les disciplines historiques un point de convergence entre les approches de plusieurs domaines et champs d’expression cultuelle et culturelle : l’architecture, la sculpture, les œuvres d’art et leur proclamation doctrinale et idéologique, la littérature, l’art du livre avec ses intentions pratiques normatives et spirituelles…

À la suite de quelques travaux exemplaires en la matière (Craig Wright - Paris, Anne Walters Robertson - Reims et récemment Margot Fassler pour Chartres), l’approche comparative des livres d’usage avec les livres prescriptifs, consignés plus tardivement lors de la réorganisation des usages des chapitres, au moment des reconstructions des xiie-xiiie s. (ordinaires, rituels, coutumiers, statuts capitulaires, etc.), s’avère très fructueuse. En effet, l’édition critique de ces ouvrages est loin d’avoir été évaluée dans le détail, laissant des pans entiers de corpus de textes littéraires et poétiques comme de répertoires musicaux souvent méconnus sinon sous-évalués par l’histoire généraliste et indiquant par des rubriques parfois développées maints détails quant à l’exécution pratique (‘perfomance’) des chants (protagonistes, effectifs, disposition, localisation…). Ils permettent ainsi de mieux comprendre le contexte qui aurait amené à la reconstruction d’un monument, complète ou partielle.

Une mise en perspective historique des rituels et cérémonies de quelques cathédrales emblématiques de l’Europe médiévale, notamment de sièges métropolitains (Reims, Trèves), de leurs suffragantes (Châlons, Amiens, Soissons, Laon…) et d’autres provinces (Chartres, Rouen, Canterbury, Sarum, Worcester…) permettrait :

* de définir les constantes dans la transmission de rituels dans le temps long du Moyen Âge

* d’en dégager les éléments les plus spécifiques, pour les mettre en regard tant avec l’histoire institutionnelle, qu’avec histoire culturelle, artistique et sociale (vie de la cité épiscopale, questions fonctionnelles, stylistiques et esthétiques liées aux bâtiments et à l’architecture).

Le projet visé ici, large dans son objet, reste néanmoins très ciblé autour d’un corpus bien défini, davantage centré (sans exclusivité) sur les régions du Nord, de Picardie, de Normandie et de Champagne.

De l’oral à l’écrit

On oublie trop souvent que les grandes cathédrales gothiques qui fleurirent aux xiie et xiiie s. dans la moitié Nord de la France, Angleterre et pays Rhénans, ne se réduisent pas à une simple mode architecturale, mais qu’elles ont supposé une activité considérable, dont la finalité était bel et bien la liturgie, c’est-à-dire la célébration d’un culte public et communautaire, la « laus divina » (louange divine). Chanter les heures de l’office canonial chaque jour et chaque nuit de l’année constituait la tâche primordiale des chanoines et du clergé, réunis autour d’un évêque, haut dignitaire souvent pourvu d’une place stratégique sur l’échiquier politique d’alors. Ainsi, bien des éléments d’analyse de détail des monuments, des corpus littéraires ou artistiques, qu’on observe plus volontiers en archéologie, ne sont pas toujours perceptibles par l’histoire de l’art si cette dernière ignore les données fournies par les textes et les livres liturgiques, hermétiques et difficile d’accès du point de vue de l’histoire plus généraliste. Ce n’est que tardivement, dans les années 1980 que de grands pas ont été accomplis dans la réintégration de la liturgie dans l’approche pluridisciplinaire d’un monument.

Sur le plan musical, ce grand renouveau « gothique » (terminologie approximative et très imparfaite) qui s’est illustré merveilleusement à Paris avec une forme spécifique, celle de l’organum, sommet de l’art polyphonique d’alors, une des manifestations de la rencontre du renouveau universitaire et de l’essor économique lié à une classe bourgeoise émergeante, établit de nombreux points de comparaison avec les nouvelles « règles » d’architecture. Il semble en revanche plus difficile d’appliquer pour les autres cathédrales cette « rhétorique » habituelle d’association entre les productions artistiques « parisiennes » et la nouvelle architecture. Il faut alors penser autrement ce concept de « périphérie et de centre » et éviter une association systématisée de l’architecture « gothique » au style des quelques rares œuvres polyphoniques « provinciales » de la même époque. On s’apercevra même, qu’à Reims par exemple, la réalisation d’une bonne partie des livres conservés aujourd’hui, n’a guère à voir avec le chantier commencé par Jean d’Orbais en 1207, mais plus volontiers au chantier précédent, de la seconde moitié du xiie s., celui d’une cathédrale de style de transition, dite de Samson (1150), nous amenant à une réévaluation de la chronologie et de la synchronie des phases du mouvement gothique dans les divers domaines de la culture… L’étude plus appropriée de ces cathédrales, qui constituent des réseaux assez complexes de par leurs traditions communes, similaires ou différentes, réclame alors d’isoler les témoignages dans les documents produits à cette époque : manuscrits de chant, ordinaires liturgiques, cartulaires, coutumiers, recueils de statuts, etc.

Aperçu du programme

Le troisième mardi du mois, à partir du 20 novembre, de 14h-17h Bibliothèque Mazarine, salle Alfred Franklin

Dates retenues : 20 nov, 18 déc, 22 janv, 12 fév, 26 mars, 30 avril, 22 mai.

Déroulement des séances

  1. Travaux pratiques (lecture, analyse de sources, édition de textes…)

  2. Point de vue : conférencier(s) invité(s)

  3. Regards croisés : approche pluridisciplinaire des problématiques et débats

Thèmes et sujets abordés

  • Apports des ordinaires pour les répertoires musicaux du Moyen Âge

    • Chants du propre et de l’ordinaire

    • Tropes, séquences et poésie liturgique

    • Pratiques de l’organum

    • Jeux liturgiques et théâtre

  • les pratiques cantorales, dans l’espace acoustique et la topographie liturgique

  • iconographie des chantres au lutrin : autour des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine

  • la fête de Noël à la cathédrale de Rouen : ordinaire et livres liturgiques

  • pratiques cantorales et interprétation du cantus : l’art du chantre, art du chant…

  • les réseaux cathédraux et les aires culturelles (Nord, Picardie, Champagne)

  • lire entre les lignes : prescription et oralité dans les pratiques aux xiie-xive s.

Views: 110

Tags: Annonces, Évènements

Add a Comment

You need to be a member of Musicologie Médiévale to add comments!

Join Musicologie Médiévale

Partnership

and your logo here...

We need other partners :

© 2018   Created by Dominique Gatté.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service