Musicologie Médiévale

Resources for medieval musicology and liturgy

Graduale Novum – Editio Magis Critica Iuxta SC 117
Tomus I: De Dominicis Et Festis

ed. by Christian Dostal, Johannes Berchmans Göschl, Cornelius Pouderoijen, Franz Karl Praßl, Heinrich Rumphorst and Stephan Zippe. Con Brio Verlag, Regensburg 2011, ISBN 978-3-940768-15-5,

will appear not later than February 1st this year.

For further informations contact please: http://www.conbrio.de/musikbuch/graduale/graduale.php

To subscribe (with discount) online: http://www.nmz.de/graduale 

 

Views: 515

Tags: Liturgie, Nouveautés livres

Add a Comment

You need to be a member of Musicologie Médiévale to add comments!

Join Musicologie Médiévale

Comment by Ricossa on January 7, 2011 at 16:13
lannois = Laon
Comment by Dominique Gatté on January 7, 2011 at 16:02

sans oublier un graduel Messin !

Comment by Ricossa on January 7, 2011 at 16:00
il faudrait éditer séparément un graduel-antiphonaire saintgallien, dyonisien, aquitain, et lannois (pour le moins)
Comment by Jean-Pierre Noiseux on January 7, 2011 at 15:32
Il faudra voir le reste mais si, comme dans la page en ligne, on a restitué les mélodies sur les mss. sangalliens, pourquoi ajouter les neumes de Laon ?
Comment by Oliver Gerlach on January 7, 2011 at 15:20

Une discussion très intéressant qui continue ici:

Je suis plus que d'accord de faire une réstitution santgallienne qui compare les versions différentes de manuscrits de la même école. La même sera nécessaire pour la rédaction dionysienne et la rédaction messine.

Nous avons déjà discuté sur les conséquences ;)

Comment by Ricossa on January 7, 2011 at 6:44

Le «danger» est qu'on considère ce type d'éditions comme le dernier mot en matière de restitutions. J'ai lu trop souvent des expressions de ce genre à propos du Triplex...

D'abord, restituer les manuscrits saintgalliens ne signifie pas restituer les manuscrits messins ni les manuscrits «denisiens». Il ne faut jamais perdre de vue que les plus anciens manuscrits témoignent de traditions divergentes, parfois sur des détails, mais aussi parfois sur des points graves de structure modale et compréhension mélodique.

 

Puis, même dans le cadre limité d'une restitution saintgallienne, la discussion peut toujours être ouverte. Dominique faisait remarquer des points discutables de la page en ligne de ce graduel, moi je pourrais en montrer d'autres, sur cette même page...

 

Reste le fait qu'on fait un pas de géant par rapport au Triplex qui, si ce graduel dont j'ai commandé deux copies tient ses promesses, devrait vite devenir obsolète...

Comment by Dominique Crochu on January 6, 2011 at 23:28
Merci!
Comment by Jean-Pierre Noiseux on January 6, 2011 at 22:10
Il y avait une erreur dans le lien : http://www.scholagreg.org/jpn/Graduale_Subskription.PDF
Comment by Jean-Pierre Noiseux on January 6, 2011 at 22:05

J'ai omis d'inclure l'image donnée en exemple en pdf, plus lisible.   On peut télécharger le fichier ici : http://www.scholagreg.org/jpn/Graduale_Subskription.pdf

 

 

Comment by Dominique Crochu on January 6, 2011 at 21:32

Une grande nouvelle!

L'image réduite du graduel nous met déjà en appétit! On y voit l'introït " Deus in loco" écrit en mode de SOL, à cause du verset en 7ème mode proposé par Einsiedeln 121....d'où l'apparition de dièses de "transposition"....

Cependant, le dièse de "SANcto" nous semble discutable, étant un simple développement d'une formule que l'on trouve dans l'introït "Ecce Deus ADjuvat me", écrite un ton plus bas dans le Graduale Triplex:

Cet introït présente d'ailleurs l'intérêt de reprendre la formule de l'introït "Deus in loco SANCTO suo":

Cette dernière formule n'est qu'un simple excroissance du pes en demi-ton de "ADjuvat me", avec comme conséquence un quilisma sur SI bémol certainement plus ancien que le bécarre proposé par la Vaticane...

On retrouve un contexte semblable dans la COM Voce mea, à "de monte SANcto suo":

où beaucoup de mss attestent le quilisma en ton plein!!!

Deux derniers exemples qui méritent d'être comparés:

l'un extrait de la COM "Ego sum vitis vera", le dernier "alleluia"

à comparer avec la fin de l'invitatoire "Christum Dominum", (Liber Hymnarius, p 91) l'alleluia final:

la formule est identique, mais écrite un ton plus bas, avec une intonation "ALleluia" plus développée, avec bémol malheureusement omis dans cette édition...

Le processus est le même:

1) un demi-ton

2) Une broderie par le demi-ton

3) Passage ultérieur au bécarre

 

Partnership

and your logo here...

We need other partners !

Support MM and MMMO !

Soutenez MM et MMMO 

!

© 2020   Created by Dominique Gatté.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service